Prendre soin des autres

Etre de bonne ou de mauvaise humeur

 bilenoire.jpg
Si l’on pouvait extraire tout le liquide du corps humain, on serait surpris par le fait que le poids des parties liquides l’emporte largement sur celui des parties solides .

Tous ces liquides naturels s’appellent « Humeurs ».

Il y en a de bonnes , comme le sang, la lymphe, qui remplissent des fonctions utiles et nobles, et qui ne sont causes d’aucune maladie .Mais il se peut qu’elles cessent d’être bonnes . On peut ainsi se faire du mauvais sang, de la mauvaise bile . Il en est ainsi des humeurs provenant des intestins . Outre l’atrabile et les glaires pures, on rencontre souvent des mélanges variés de ces deux humeurs perfides . Certaines évacuations ressemblent à du blanc d’oeuf pur, cru ou cuit, et assez moulé . Ce sont des glaires recuites, sortes de raclures des intestins . Parfois trompeuses, elles prennent l’apparence de gelée de pomme .

Les glaires peuvent aussi remonter par la bouche, depuis l’estomac ou les bronches, parfois aussi passer par les oreilles, les narines ou couler par la vessie et l’utérus . Ces substances deviennet alors plus onctueuses, surabondantes . Ce sont des glaires communes, qui prédominent dans les rhumes, les bronchites, les poitrines grasses. On appelle ces écoulements des « fleurs blanches » ou catharres bronchique, nasal, intestinal, utérin, vésical, etc…

La pituite est quant à elle une humeur plus complexe . Elle provient de l’estomac, elle sert normalement à la digestion mais il s’agit parfois de sucs digestifs pas bien ou mal élaborés qui fatiguent l’estomac et l’irritent .

La bile noire, la mauvaise, de couleur jaune ou verte, de saveur amère peut être rendue par le haut ou par le bas, comme un vrai débordement .On l’appelle aussi « débile » quand elle n’est pas glaireuse .

Il y a aussi des humeurs volatiles et gazeuses provenant des poumons et responsables de la mauvaise haleine ou s’évacuant par la peau en lui donnant une odeur particulière .

On pourrait aussi citer les humeurs cancéreuses, tuberculeuses, séreuses, scorfuleuses, du pas ou de la sanie, etc…

Enfin, il y a les scorfules et les écrouelles que l’on cherchait à guérir autrefois en touchant le Roi, ces sont des humeurs belliqueuses froides . Et dans ces maladies, tout le tempérament a besoin d’être transformé pour guérir . La médication purgative est en cela souveraine et nous ne saurions que la proposer, et même engager le malade à la réitérer plusieurs fois .Retenons comme purgation : l’iodure de fer, l’huile de foie de morue, le sirop antiscorbutique, les vins de muscades, le quinium et l’iodure de potassium .

15 mars, 2007 à 15:06


Un commentaire pour “Etre de bonne ou de mauvaise humeur”


  1. Ylikes écrit:

    Hi
    That’s a good post.


Laisser un commentaire