Prendre soin des autres

Les fameuses « Envies » des femmes enceintes

ventregros.jpg

Quel mari amoureux de sa belle qui va donner naissance n’a pas un jour du courir, pour satisfaire tout à coup, une envie irrésistible de fraises, de gâteaux, etc ?
Et c’est bien à tort que l’on attribue à ces envies non satisfaites parait-il, les « tâches », marques ou difformités que certains enfants apportent avec eux à la naissance, et que l’on qualifie aussi du nom d’ »envies » . La plupart du temps il ne s’agit que de simples tumeurs érectiles .

La raison de ces envies bizarres des femmes enceintes concernant leurs goûts alimentaires n’a jamais été élucidée . On soupçonne les hormones et on sait aussi qu’il y a un lien avec les nausées .

boulimie.jpg

Mais il existe, et ce n’est pas rare, des cas de dépravation du goût pendant les grossesses, se traduisant par des envies de manger des choses répugnantes ou même étrangères à l’alimentation . Cette aberration se rencontre aussi dans une maladie étonnante dont nous aurons l’occasion de parler, la « Chlorose » ou « Cachexia virginum » . Il arrive que la perversion des fonctions de l’estomac puisse dans certains cas, conduire à une forme d’aliénation chez la femme enceinte . Son appétit devient dépravé et excessif, sa voracité est parfois véritablement sans borne . On a vu une femme engloutir pas moins de 12 kilogrammes de pain dans les 24 heures, d’autres avaler autant en quantité de gâteaux ou sucreries diverses . Et tant que leur appétit immodéré n’est pas satisfait, ces malades sont tourmentées par un véritable malaise indéfinissable, par des cardialgies, des défaillances, un obscurcissement de la vue, de l’agitation, du délire même . Et la faim satisfaite, elles s’abattent dans une espèce de torpeur d’où elles ne sortent que pour se livrer de nouveau à leurs appétits voraces . Il est très curieux de constater que cette boulimie se joint à une perversion du goût . Les malades sont portées à se nourrir exclusivement d’aliments inusités tels que poivre, sel, moutarde, cornichons, vinaigre… (c’est la Malacia, attirance pour les choses excitantes ou acides) ou à avaler les choses les plus immondes telles que charbon, plâtre, ciment, encre, insectes, urine et matières fécales ( c’est le Pica bien connu)

Et il est aussi surprenant de constater que ces malades peuvent supporter très longtemps ces différents troubles alimentaires sans que leur constitution en reçoive une atteinte bien profonde .

femmesenceintes.jpg

birenourissante.jpg

On connaissait les saveurs bien particulières de la cuisine anglaise, mais ce qui surprend davantage nos papilles à nous, bien épicuriennes, ce sont les « envies » légendaires et irrésistibles des femmes enceintes anglaises . On ne sait pourquoi ces insulaires sont frappées davantage par cette dépravation des conduites alimentaires . Voici un exemple de ce qu’elles adorent consommer : Pain frotté à l’ail nappé de yaourt à la fraise, émincée de betterave sauce chocolat, olives farcies au lait caillé, glace au chocolat aux pépites de crevettes, crèpes farcies aux granulés de café lyophilisé, etc… Tout est comestible mais très vite un peu écoeurant . Et elles ne s’en tiennent pas là, elles raffolent aussi de bouts d’allumettes déjà consumées et de chaussures de sport taille enfant .

 

11 juin, 2007 à 10:14


Laisser un commentaire