Prendre soin des autres

La Spermatorrhée ou pertes séminales morbides

animacule2.jpg
C’est l’émission involontaire et quasi continelle du sperme . C’est un phénomène morbide qui accompagne un grand nombre d’affections mais qui peut aussi survenir isolément . Dans tous les cas, la perte excessive de semence entraîne souvent à elle seule, des accidents tout particuliers que nous allons voir .

La spermatorrhée s’annonce en général par des pollutions nocturnes répétées outre mesure, suivies rapidement d’éjaculations involontaires pendant le jour sans motif, avec des érections incomplètes et une très légère excitation. A un degré plus avancé du mal, le sperme vient à s’écouler sans que la personne en ait conscience, sans désir, sans érection, passivement, parfois pendant la défécation ou au moment où la vessie se contracte pour chasser les dernières petites gouttes d’urines . Dans ce cas, le sperme mêlé à l’urine forme un dépôt dans lequel, au microscope, on perçoit la présence des animacules avec leur longue queue .animacules1.jpg

A mesure que les pertes séminales se répètent, le sperme devient délétère, au lieu d’être une liqueur visqueuse, épaisse et doucement opaline, il suinte misérablement de l’orifice de l’urèthre ressemblant à une humeur blanchâtre séreuse dans laquelle on ne voit plus que des animacules amoindris, privés de leur appendice caudal !

Assez rapidement, les malades s’affaiblissent . Ils deviennent incapables du moindre effort, destitués de toute puissance génitale, essoufflés, peinants, rendus, palpitants pour une petite fatigue . Ils maigrissent et digèrent mal, sont vieux avant l’âge, sombres et moroses, et comme engourdis, privés de sommeil ou poursuivis par des rêves horribles . Ils se traînent péniblement, la démarche incertaine, sans but, les yeux ternes, dans une existence languissante dont ils n’ont même pas le triste courage de se délivrer et qui les mène vers une démence et un marasme des plus affreux .fatigue.jpg

Et cette complication est parfois hâtée par des aggravations subites, comme une congestion cérébrale, précédée de fourmillements le long de la colonne vertébrale, de perte de la vue, de paralysies des membres inférieurs, d’enrouement et de convulsions épileptiformes . Si la vie parvient malgré tout à resister, la constitution en demeurera épuisée et la santé prématurément détruite .

Dans les causes, on retient les excès vénériens et les habitudes invétérées d’onanisme ou inversement, une continence trop absolue . continence.jpgEt puis aussi la vie sédentaire, l’excitation cérébrale trop vive

imaginationdprave.jpg

ou trop longtemps soutenue, les lectures ou spectacles ennivrants amenant une dépravation d’une imagination déjà trop ardente . La constipation joue aussi un rôle, moins fréquent et moins direct, tout comme les lésions organiques qui peuvent gêner à la défécation ou à l’excrétion d’urine , en comprimant les vésicules séminales, comme une vessie trop pleine peut le faire la nuit, amenant inévitablement des pollutions nocturnes . Ce qui frappe le plus dans cette maladie, c’est la vitesse à laquelle elle entraîne une altération profonde de la constitution . Il est à noter que l’on a connu des cas de spermatorrhées encore inexpliquées chez des chevaux, des taureaux et des chameaux .

Le traitement : s’astreindre à une réforme absolue dans les habitudes d’onanisme ou les excès vénériens, et à un changement d’existence pour les continents et les solitaires . Mais lorsque le mal est ancien, cela ne suffit pas . Il faut alors recourir aux toniques, au froid sous forme de bains locaux, aux frictions actives . Et si le mal est du à une excitation nerveuse, au contraire, il s’agit de prescrire des clamants et des anti-aphrodisiaques puissants . Il faut aussi traiter les causes diverses qui peuvent être responsables de la spermatorrhée quand on les connait: la constipation, les vers qui irritent le rectum et les organes génitaux, les inflammations de l’urèthre par une blennorragie ancienne . Et lors de la guérison, il sera bon de régulariser d’une manière rigoureuse et durable l’usage des fonctions génératrices et des rapports sexuels .

29 juillet, 2007 à 10:18


7 Commentaires pour “La Spermatorrhée ou pertes séminales morbides”


  1. BONTEMPS Christina écrit:

    Bonsoir,
    est-ce à dire qu’il faille conseiller aux chevaux, taureaux et chameaux d’arrêter de se masturber et de limiter leurs « lectures ou spectacles eNivrants amenant une dépravation d’une imagination déjà trop ardente » ?

    Conseillez donc aux pauvres patients touchés d’aller consulter un bon sinothérapeute et laissez leur imagination alimenter leur vie. Bonne soirée. Christina

  2. Robert Dugenou écrit:

    J’ai déjà lu des conneries, mais le texte qui précède est un joyau en la matière.
    Et dire que nous sommes au 21ème siècle…
    Désespérant …

  3. Nom (required) écrit:

    Ha ha, je faisais des recherches sur Google, je suis arrivé sur cette page sans savoir à quel site elle appartient, et j’ai cru être arrivé sur une page originale mêlant connaissances médicales et humour.

    Mais il semble que non, finalement.

    En tout cas, j’ai réellement ri (le rire s’est déclenché à « Ils se traînent péniblement » et à duré sur les deux paragraphes suivants…), et ça fait du bien.

    Merci

  4. Belzebuth écrit:

    Vive l’autoflagellation au nom de Dieu !
    Joli morceau d’obscurantisme religieux, une perle !
    Belzebuth

  5. paco écrit:

    Je vous conseille pour ma part, si vous avez du sperme qui coule, de consulter un médecin car il y a peut-être un problème du côté de votre prostate. N’attendez pas.

    Internet regorge d’articles qui exposent des conneries, et celui-ci est un sacré spécimen en la matière

    Sinon un peu de masturbation n’a jamais fait de mal à personne, sauf pour ceux qui ont une représentation néfaste du plaisir et du corps humain en général, je les plains sincèrement.

  6. Arnaud LEMOINE écrit:

    Les conneries qu’il ne faut pas lire ! La masturbation est propre à chacun, la vie est faîte pour être vécue et se faire plaisir tant que cela ne nuit pas à autrui. Alors gardez vos conseils du Moyen-Âge et laissez les êtres humains se branler ou se caresser le clito sans culpabilité. Où est la liberté dans tout ça ?

  7. sebastien chenu écrit:

    J’étais à la recherche de réponses à mon problème de liquide clair qui coule en permanence sans acte sexuel (lquide séminal ou pas c’est gênant et sali mes boxers), vu que personne ne dit la même chose, j’ai pris rendez-vous chez un urologue, là ce sera plus sérieux ! ! !


Laisser un commentaire