Prendre soin des autres

L’Anasarque

Il est à classer dans les hydropisies . C’est un gonflement parfois considérable dû à un épanchement de liquide séreux . L’anasarque est un oedème général sous-cutané . Il peut être lié à une maladie ou exister seul . Aucun signe précurseur ne l’annonce . La partie atteinte s’étend, s’enfle et se travaille et prend de la grosseur . La peau palit, vire au blanc mat . Ce gonflement oedémateux s’accompagne souvent d’un empâtement moelleux des tissus très caractéristique : la pression du doigt y laisse une trace profonde qui ne s’éfface qu’avec lenteur, c’est le fameux « signe du godet » .

elephfilarienscrotum.gif

On a vu parfois les paupières, le scrotum, le prépuce, les grandes lèvres prendre un volume énorme .(Ci contre, un patient souffrant d’un anasarque considérable des bourses)
La sérosité s’accumule dans les parties du corps les plus déclives . Et il arrive même que le corps tout entier s’enfle comme une baudruche au point d’en faire disparaître les formes . Il n’y a point de douleur, les malades ressentent un gêne à se mouvoir et une tension généralisée . Au fur et à mesure que l’oedème s’amplifie, la peau se distend, perd son élasticité, devient luisante, lisse et transparente et elle s’affine, prête à craquer . La sensibilité tactile s’obscurcit et d’énormes démangeaisons surviennent risquant d’entraîner un érysipèle et la gangrène . Rien,en effet, ne peut empêcher les malades de se gratter, si ce n’est de leur attacher les mains .

L’anasarque essentiel n’a pas vraiment de cause . Il débute brusquement et disparait souvent graduellement assez vite avec un bon traitement. On incrimine les règles ou leur absence, une ingestion immodérée de boissons glacées qui morfondent, un refroidissement trop brusque après une suée, une mauvaise alimentation, la débilité qui suit de longues maladies . Parfois l’anasarque existe chez les femmes enceintes sans qu’il n’y ait par ailleurs d’albumine dans les urines . On note aussi souvent sa présence au décours de quelques maladies mentales, ou à la suite de chocs psychologiques, d’émotions fortes ou de frayeurs.

Lié à une lésion organique incurable comme la dégénérecscence des reins ou les affections cardiaques, l’anasarque peut parfois disparaitre en partie, mais c’est pour revenir ensuite et faire alors de grands progrès . Ceci dit, le siège des oedèmes est souvent symptomatique : borné à un seul membre, il indique un obstacle dans la circulation veineuse de cet endroit . Situé dans la partie supérieure du tronc, il signe une occlusion de la veine cave . L’anasarque qui commence aux jambes et remonte ensuite lentement traduit une lésion du coeur . Celui qui débute par une boursoufflure de la face doit faire penser à une néphrite albumineuse . Dans la plupart des maladies, l’anasarque constitue un pronostic sérieux et fait craindre l’hydropisie générale, les abominables démangeaisons, les crevasses de la peau, l’érysipèle et la terrible gangrène .

Dans tous les cas l’anasarque est assez spectaculaire . De quelques millimètres, le gonflement peut facilement atteindre 5, 6 ou 10 centimètres . Et la peau, blanche et opaline, semble éprouver au moindre choc un tremblement analogue à celui que subit la gelée de fruit .

elephnostrasmembinf.gif

Traitement : En cas d’absence de règles, on utilise les emmenagogues drastiques comme les formidables « capsules d’Apiol » . Si il y a pléthore sanguine on peut procéder à des saignées, ou placer des sangsues . Lors de débilité, on peut prescrire des toniques et des reconstituants . Ce sont là les agents qui combattent le plus l’anasarque et les hydropisies . Mais il faut aussi agir sur l’affection principale quand elle existe et calmer le malade en cas de maladie mentale .

En outre on peut appliquer sur les oedèmes un traitement local compressif avec des embrocations huileuses camphrées, ou faire des frictions sèches ou balsamiques . Si ces méthodes se révèlent impuissantes on peut adjoindre un moyen plus actif comme l’acupuncture en faisant des incisions et des mouchetures ou quelques petites ponctions avec une aiguille bien affutée . Une sérosité abondante s’écoule en général . Ce qui suffit à abattre l’infiltration et à faire disparaître l’anasarque dont il faut toutefois craindre un retour souvent inévitable .

3 août, 2007 à 8:47


Un commentaire pour “L’Anasarque”


  1. payen écrit:

    l,anasarrque est un du langage oui ou non


Laisser un commentaire