Prendre soin des autres

Le CROUP

« Le croup, monstre hideux, épervier des ténèbres   Sur la blanche maison brusquement s’abattit   Horrible et se ruant sur les pauvres petits   Les saisissant à la gorge, noire maladie . » Victor Hugo

C’est une grave affection qui touche principalement les enfants jeunes . Il y a une inflammation qui prend à la gorge dans laquelle il se produit un dépôt blanchâtre épais, ressemblant à la couenne de lard, d’où son autre nom : angine couenneuse .

couenne.jpg

Ce dépôt commence en général sur les amygdales et peut gagner ensuite rapidement le larynx qu’il rétrécit au point d’amener des difficultés respiratoires . Lorsqu’il est complètement obstrué, l’enfant meurt étouffé . Sous le dépôt couenneux, les muqueuses sont rouges et enflammées et il peut se rajouter aussi un engouement pulmonaire, un catarrhe et un emphysème .

Le début peut se faire sous la forme d’un simple mal de gorge trompeur, mais qui tend à se prolonger et qui s’accompagne d’une toux catarrhale . Puis alors, après 6 ou 7 jours apparaissent les fausses membranes sur les amygdales, le voile du palais . Peu à peu la toux s’assèche , et la respiration se fait pénible . Il y a une perte de gaieté et d’appétit . A l’enrouement fait suite une aphonie .Les symptômes évoluent et il n’est pas rare que l’enfant ressente une vive douleur dans le larynx, suivie de crises de suffocation qui se répètent . Les malades éprouvent une strangulation et s’élancent parfois en sursaut comme s’ils étaient sur le point d’étouffer ou que quelqu’un cherchait à les étrangler .suffocation.jpg

Dans cet effort, ils parviennent à expectorer quelques fausses membranes et semblent alors en être soulagés . Mais les accès récidivent sans tarder . On entend à l’auscultation les tremblements, les vibrations des fausses membranes croupales sous les efforts vains de respiration .

Les malades sombrent alors dans une somnolence inquiétante, premier degré de l’asphyxie . Et la vie s’éteint quelques fois sans secousse ou au contraire dans de violentes convulsions . Cette terminaison funeste est hélàs fréquente . Elle peut même survenir en quelques heures, le plus souvent en plusieurs jours, rarement plus d’un septénaire . Mais si le malade parvient à expulser suffisamment de fausses membranes, il peut connaître un mieux . Les accès de suffocation s’espacent, la voix renait et la convalescence s’établit .

On ne connait pas de causes évidentes . Il s’agit souvent d’épidémies touchant surtout les garçons entre 2 et 7 ans .

Le traitement : avant les crises paroxystiques, il faut frotter fortement les dépôts couenneux avec de l’eau phénique ou du jus de citron, ou encore avec du nitrate d’argent et du Calomel, à l’aide d’un pinceau de charpie et répéter cette opération souvent et même pendant la nuit . Il convient aussi de donner des vomitifs, du tartre stibié ou du sirop ou de la poudre d’ipéca-cuanha dans peu de liquide . Ce qui importe c’est d’obtenir les secousses du vomissement pour détâcher les fausses membranes qui étranglent l’enfant . On est souvent obligé de faire vomir plusieurs jours et nuits, c’est le traitement qui sauve le plus de malades . Si l’enfant se rétablit, il faut alors le nourrir avec des bouillons, du vin et surtout de la « viande hachée crue » (celle de jeune veau qui ne contient presque jamais de parasites) .

Toutes les personnes qui approchent le malade peuvent être contaminées . Pour éviter la contagion, il faut toujours avoir les mains et la figure humectées avec de l’eau phénique, éviter de respirer en face du patient, et mettre à tremper tout de suite dans l’eau phénique tous les objets atteints par les crachats .

Mais lorsque les progrès du mal sont rapides, il n’existe qu’un moyen qu’il ne faut pas hésiter à employer : la trachéotomie sans attendre que la phase de somnolence soit arrivée, de préférence .tracheo.jpg

C’est le Dr Bretonneau qui, le premier, le 24 avril 1873, sauva un enfant de la suffocation croupale grâce à une trachéotomie de fortune . Il pratiqua habilement par une incision de la trachée, une ouverture dans le larynx de l’enfant et y plaça une canule en gomme . Les gouttes de sang qui pénétrèrent à l’intérieur provoquèrent des quintes de toux salvatrices . Effectivement, elles permirent à des lambeaux considérables de fausses membranes d’être retirées par cet orifice . Quelques jours après, l’enfant était en parfaite santé. Bretonneau améliora peu à peu sa technique, remplaça les canules en gomme par des canules coudées en argent, plus aisées à nettoyer, car il est nécessaire d’extraire souvent à l’aide d’un écouvillon bien adapté, tous les produits morbides qui viennent les remplir .

trachotomie.jpg

Le Dr Bretonneau, assisté de ses confrères et internes en train de pratiquer sa première trachéotomie .

31 août, 2007 à 10:20


Un commentaire pour “Le CROUP”


  1. Odet écrit:

    Salut! Mon problème c’est que les 2 amygdales de mon amie ne cessent de grossir. Elle a déjà fait un traitement à l’aide des pilules mais aucune effet. Elle n’oserai jamais de l’enlever car ces amygdales le protègent contre les bactéries. Elle a décidé alors de me demander de l’aide car les 2 amygdales prennent de volume de temps en temps alors je me suis mis à vous écrire cette lettre pour nous secourir. Nous habitons à Madagascar. Nous sommes prêt pour tous soins mais je vous en supplie de nous aider. Merci beaucoup d’avance.Ci-joint mon adresse mail: odet_falimanana@yahoo.fr
    Bonne journée à tous!


Laisser un commentaire