Prendre soin des autres

» Catégorie : Non classé


L’abominable ANAPHRODISIE

Commentaires » 0

 enberne.jpganaphrodisie.jpg

 C’est l’inertie complète des organes externes de la reproduction qu’il ne faut pas confondre avec l’agénésie chez l’homme (impuissance) ou l’aphorie chez la femme .L’anaphrodisie est, chez l’homme, caractérisée par une lenteur anormale, comme un manque d’énergie dans l’érection du pénis accompagnée au début d’une éjaculation vicieuse, peu adaptée . Peu à peu, au cours de la maladie, la sécrétion de la semence diminue et se tarit entraînant la perte complète des désirs vénériens et de la jouissance .Chez la femme, l’anaphrodisie est beaucoup plus difficile à constater en raison du rôle passif auquel son sexe est souvent réduit . Il s’agit d’une insensibilité particulière, une atonie des organes génitaux, avec une absence plus ou moins complète des besoins et plaisirs liés à l’amour physique .

Et l’anaphrodisie offre toute une variété de forme, eu égard aux causes qui la produisent . Il y a la cause qui résulte des progrès de l’âge, quoiqu’on ait bien pu constater que même à un âge avancé, certaines personnes conservent une vitalité redoutable et des désirs que tant de jeunes pourraient leur envier .

L’anaphrodisie innée est plus liée à un vice de tempérament originel . Les sujets atteints ont souvent une physionomie particulière: de nature molle, lymphatique, avec des formes arrondies, chargés d’embonpoint . Le système pileux est souvent comme avorté surtout près des parties sexuelles . La voix est grèle et perçante, les organes génitaux atrophiés, les seins à peine formés chez la femme et le flux menstruel peu abondant . En général la personne présente un caractère apathique peu énergique .

Parfois encore l’anaphrodisie est acquise, déterminée par des excès vénériens ou des abus d’onanisme qui peu à peu ont affaibli avant l’heure le système générateur et la constitution toute entière . D’autres fois au contraire la cause remonte à une abstinence absolue et à un manque d’exercice des organes génitaux . Mais souvent une tension d’esprit excessive, des préoccupations psychologiques exclusives, des idées d’ambition politique, des spéculations d’argent, le génie des sciences sont à l’origine de l’anaphrodisie . Quelques impressions morales fortes peuvent aussi paralyser l’homme le plus passionné et anéantir toute espèce d’élan génital . On a vu quelques fois qu’une distraction inopinée au cours de l’acte du coït peut entraîner une anaphrodisie assez rebelle par la suite .

Lorsqu’elle est de tempérament, l’anaphrodisie est au dessus des ressources de l’art médical . Par contre, lorsqu’elle se rattache à une cause qui peut être combattue, il n’en est pas de même . Un régime tonique, des lotions ou des douches froides, des frictions des parties sexuelles bien administrées par du personnel compétent et l’usage des eaux minérales sulfureuses seront d’un grand secours . On connait aussi les bienfaits des célèbres préparations de « noix vomique  » sur la vigueur des organes génitaux . On peut aussi compter sur les cantharides, le phosphore et tous les agents aphrodisiaques mais il faut se méfier car leur emploi n’est pas dénué de tous risque .viril.jpg

Les intriguantes MONOMANIES

Commentaires » 0

Ce sont toutes ces formes de folie lièes à une idée fixe et unique, capable de persister pendant des années ou même une vie entière, sans entraîner de désordre intellectuel et qui domine entièrement la volonté des malades . Et mis à part sur ce point précis, ceux-cis restent tout à fait normaux . A la base, il y a une conception délirante que l’on retrouve souvent et certes un dérangement varié des fonctions affectives . On connait la monomanie religieuse, la monomanie homicide, la monomanie incendiaire et la monomanie du vol.

 jesuschrist.jpg

 
La Monomanie Religieuse : Elle n’est pas rare du tout en ces temps bénis de superstition et d’enthousiasme mystique . Sans parler des dévots et dévottes, elle touche souvent les faibles d’esprit qui se laissent entraîner par des prédicateurs ou des théologiens qui utilisent la religion pour accentuer leur pouvoir . Elle touche aussi ceux qui poussent avec trop d’ardeur la fréquentation des lieux saints et immanquablement tous ceux qui, pour une raison ou pour une autre, attendent de la religion des choses qu’elle ne pourra jamais leur donner . Cette forme de folie débute par du tintouin et des berlues, hallucinations variées de l’ouie et de la vue que le malade attribue à des visions, à des apparitions célèstes et à des révélations qui lui parviennent de la divinité . Il se croit investi d’une mission quand il ne croit pas être Dieu lui-même ou son représentant sur la terre . Le malade est alors emporté dans des transports extatiques et profère des discours prophétiques que Dieu lui transmet . Parfois aussi il peut être en proie à des supplices et des terreurs éternels, persuadé qu’il est possédé du démon . Cette folie prend souvent des formes épidémiques et contagieuses; il n’est pas rare de voir des foules entières s’abîmer les yeux à regarder le soleil tourner ou même obéir à des forces obscures et se déclarant prêts à tout, à se punir, à se lacérer de coups de fouets, à offrir leur vie pour des causes folles apparemment en lien avec la religion . Ces malades montrent souvent beaucoup d’agressivité, ils sont pleins d’ardeur et animés d’une telle folie dans leurs convictions délirantes que rien ne les arrête .

meurtrier.jpg
La Monomanie Hommicide : Dans cette forme de folie aussi, le malade n’est délirant que sur un point bien précis .Il a un penchant morbide et irrésistible au meurtre . On ne doit pas confondre cette pathologie avec les violences dont peuvent être capables les aliénés ordinaires, dans leurs accès de fureur ou sous le coup des hallucinations qui viennent soudainement exciter leur colère . La véritable monomanie homicide est heureusement rare . Elle peut exister sans délire, rester muette pendant des années durant lesquelles le monomaniaque lutte avec toute son énergie contre ce penchant qui l’entraîne malgré lui à verser le sang . Et puis un beau jour, l’impulsion est plus forte que la volonté et le sujet succombe à sa folie homicide . On a connu certains malades, enfermés pour avoir tué plusieurs fois, cultivant encore leur penchant au meurtre, en essayant d’attenter à la vie de leurs codétenus, en égorgeant des petits oiseaux ou en écrasant avec perfidie et perversion les cafards et les araignées de leur chambre . La monomanie homicide peut dans quelques cas guérir sans avoir dépassé la limite de cette lutte intérieure entre l’idée fixe et la volonté . Il est certain d’ailleurs qu’un bon nombre de malades passent inaperçus et que nous cotoyons sans le savoir de biens malveillants meurtriers, qui sait, peut-être parmi nos amis ou dans notre propre famille

 
La Monomanie Incendiaire et la Monomanie du Vol :dragon.jpg
Le malade, là aussi n’est fou que sur un point particulier et reste par ailleurs tout à fait bien adapté à l’ordre social .Quelque chose le pousse irrésistiblement soit à mettre le feu, soit à voler . On a signalé l’état de grossesse comme prédisposant à cette folie particulière, plus fréquente chez la femme que chez l’homme . Il y a une idée fixevoleur1.jpg délirante, à la base, mais qui est souvent très difficile à reconnaitre et à établir de manière certaine . Il n’est pas rare de retrouver surtout les incendiaires chez les pompiers et les voleurs chez les gendarmes, le choix du métier permettant de pouvoir plus librement donner cours aux mauvais penchants instinctifs .

 

Les Capsules de RAQUIN

Commentaires » 0

syphilis1.jpg

 

Le Baume de Copahu est un très bon médicament . Il provient d’une résine qui exsude des troncs des capahiers, arbres d’amazonie . On en a fait un baume , excellent calmant en cas de douleurs musculaires ou articulaires et qui cicatrise aussi très bien les plaies superficielles .

Monsieur Raquin, pharmacien émèrite de son état, a ordonné un jour à l’un de ses patients ce baume en usage externe, pour quelques frictions sur des contusions diverses faisant suite à une chute . Mais le malade, par erreur, a consommé le produit pourtant peu ragoûtant et s’en est trouvé très apaisé des troubles dont il souffrait par ailleurs au niveau de la vessie, des voies urinaires et de quelques chancres situés entre autre sur les organes génitaux .

Usant de toute son habilité, M. Raquin a eu cette ingénieuse idée d’emprisonner la substance bénéfique dans une coque flexible qui en masque absolument l’odeur et la saveur et en rend l’administration très aisée . Le produit effectivement, comme d’autres remèdes, possèdent un goût et une odeur tellement détestables que l’on se demande encore comment le malade de M Raquin a pu l’avaler . La matière que notre rusé pharmacien employa pour fabriquer l’enveloppe ou « capsule » est le Gluten, la partie nutritive de la farine de froment, très bien supportée par les voies digestives .

 

raqui.jpg

Cette précieuse invention valut à son auteur une éclatante approbation de tous ses confrères de l’Académie de Médecine . Ils ont déclaré : « Les Capsules de Raquin, à enveloppe de gluten, sont supérieures à toutes les autres préparations analogues; elles ne causent dans l’estomac aucun désagrément, ne donnent lieu à aucun renvoi et leur efficacité n’a présenté aucune exception ».

Ce médicament, aujourd’hui universellement connu, est prescrit par tous les médecins contre les blennorragies, les écoulements contagieux, le catarrhe de la vessie, et evidemment contre les troubles engendrés par la syphilis, cette abominable maladie des temps modernes .

Les Perles du bon docteur CLERTAN

Commentaires » 1

perles.jpgperles2.jpg
L’ether, le chloroforme et l’essence de térébenthine sont, on le sait bien, des remèdes précieux dont l’usage est très connu depuis longtemps, mais dont l’administration a toujours présenté des difficultés insurmontables soit à cause du goût, soit à cause de la volatilité de ces substances . L’ether, effectivement, versée promptement sur un morceau de sucre, s’est évaporée bien avant qu’on ne l’avale .

Le Bon docteur CLERTAN a pu faire cette invention qui émerveilla tous ses confrères . Il réussit à enfermer plusieurs gouttes d’ether, de chloroforme ou de térébenthine dans une petite boule creuse de gélatine souple et transparente . Ainsi emprisonné, le liquide se conserve indéfiniment et ces petites boules peuvent être prises comme des remèdes ordinaires .

Les perles d’ether sont réputées d’une grande efficacité dans les crampes d’estomac, les palpitations nerveuses, la gravelle et toutes les douleurs intérieures dépendantes d’une surexcitation nerveuse . C’est le médicament par excellence des personnes facilement impressionnables . Les perles de chloroforme sont calmantes aussi et on les réserve aux malades délirants et très agités pour venir à bout des crises pénibles .Il est d’ailleurs possible de mélanger les 2 perles . Quant aux perles de térébenthine, elles sont prescrites dans la gravelle, les catharres, mais surtout dans les névralgies de toutes sortes comme la migraine; on y associe volontiers la médication purgative .

Le bon docteur CLertan a aussi fait des perles de sulfate de quinine à prendre lors des épisodes de fièvres marécageuses, lorsqu’une bonne purgation n’a pu en venir à bout .

Ces perles renferment des remèdes parfaitement pur et n’ont aucun goût désagréable . Exigez les perles du Dr Clertan et méfiez vous des contrefaçons ! Prenez garde aussi à l’ether, à la térébenthine dont les vapeurs vont facilement chercher le feu et pourraient ainsi occasionner des incendies!

 suppo.jpg

Le DELIRE AIGU

Commentaires » 0

dlireaigu.jpgcolre2.jpg
Il surprend tout le monde . Pour qui sait être attentif, quelques signes l’annoncent et parfois longtemps à l’avance : les habitudes, le caractère changent, on sent qu’une certaine exaltation contenue se manifeste dans les actes et les paroles . Et au bout de quelques semaines ou mois, tout à coup, le délire éclate : les mots, les idées, complètement incohérents, se succèdent . Le malade, en proie à une agitation violente, vocifère, menace, insulte . Son faciès s’empourpre, devient vultueux . Son regard est sinistre et ses pupilles sont dilatées . Signe tout à fait caractéristique, le patient est tourmenté par un crachotement continuel . Il s’agit d’une expectoration de mousse parfois abondante qui semble s’écouler comme par engorgement .

Puis l’agitation s’aggrave, devient fureur parfois et nécessite même les attaches . Par instants surviennent des convulsions limitées aux mains et à la face, les mâchoires sont contractées . Le malade refuse toute alimentation et, là aussi, signe tout à fait caractéristique, il ressent une hydrophobie . Des hallucinations s’ajoutent au tableau . Le sommeil est nul, et le pouls à 120 en permanence .

Et le délire et la fureur vont ainsi augmentant, le voix se fait rauque et s’affaiblit, jusqu’à s’éteindre parfois . L’amaigrissement ne tarde guère à devenir préoccupant . La peau prend une teinte jaunâtre, la langue se recouvre d’un enduit visqueux et brunâtre, les lèvres sont agglutinées par l’expectoration mousseuse devenue épaisse et les dents sont fuligineuses . Le regard se ternit, les yeux se couvrent d’une matière puriforme . Le mucus de la bouche tire à la purulence et le malade exhale une odeur fétide. Il est tellement épuisé que très souvent, ne tenant plus debout, il reste allongé. L’alimentation lui fait toujours horreur et l’hydrophobie persiste aussi .

Sans aucun traitement, l’agitation finit par s’abattre, le pouls peu à peu devient faible et petit . Le malade sombre dans un épuisement en 1 ou 2 septénaires et en général, la fin est tristement funeste: les sécrétions purulentes gagnent les poumons et l’infection emporte le malade .

Avec un bon traitement bien mené, on parvient à vaincre le désordre, à apaiser le délire et à rendre le malade plus docile . Quand le sommeil enfin revient et qu’il dure pendant quelques heures, on sait que la guérison est assurée . On préconise toujours des saignées alors que bien souvent, elles ne font qu’aggraver le délire . Nous recommandons donc de les pratiquer avec précaution . Des bains prolongés, des purgatifs et par la suite des révulsifs cutanés sont très utiles . Le Bromure de Potassium à forte dose apaise le patient . Bien entendu, il ne faut pas hésiter à avoir recours à l’isolement dans l’obscurité la plus complète . Le patient peut être maintenu au lit par des liens solides, compte tenu de ses forces décuplées . Il doit aussi y être nourri malgré lui et hydraté avec des moyens artificiels (tuyaux et entonnoirs ), sa survie en dépend .

la Folie Verte

Commentaires » 0

absinthe.jpg

absinthelanquetin.jpgDe récentes recherches ont expliqué cet entraînement quasi irrésistible qui porte les buveurs d’absinthe à en boire toujours plus . Le poison contenu dans cette liqueur se déverse dans leur corps et exerce sur leur cerveau une action analogue à celle que produisent l’opium, le tabac et les produits névrosthéniques comme la Brucine, l’Acide prussique, les Aconits, les Sulfates de quinine, les Cantharides, le Camphre et en général tous les substances alcoolisées . Tous ces proquits empoisonnent les centres nerveux en y entretenant une incessante excitation qui amène peu à peu certains changements dans la structure intime de la matière cérébrale . Il en résulte ce que l’on peut observer chez les gros buveurs d’absinthe : une altération profonde dans le fonctionnement de bon nombre d’organes, des changements de caractère et une nette détérioration des capacités intellectuelles . Le cerveau est souvent grandement endommagé et de façon irréversible . Mais le foie et l’estomac subissent aussi avec le temps des dommages considérables . Et le moindre petit inconvénient de santé chez ces gens-là peut devenir rapidement dramatique . Toute leur économie est tellement en piteux état que les remèdes restent impuissants .Ces malheureux perdent leurs facultés, leurs membres tremblent, une paralysie progressive s’installe avec un état d’abrutissement .imagealcoolique.jpg
Que ceux qui commencent à prendre goût à cette funeste et malfaisante liqueur méditent un peu ce que l’on vient de dire et il leur sera plus facile de rompre avec une habitude qui n’est pas encore trop enracinée . Quant à ceux qui sont déjà sous le joug du poison, qu’ils réagissent au plus vite si leur cerveau n’est pas encore suffisamment touché pour leur ôter toute faculté de vouloir ! Voici comment on peut se défaire de la prise d’absinthe : Il ne faut surtout pas rompre brusquement avec la mauvaise habitude . Commencez par vous borner à diminuer de moitié la quantité absorbée par jour en en prenant tout aussi souvent mais qu’une demie mesure chaque fois . Attendez ainsi au moins trois septénaires puis diminuez encore de moitié tout en supprimant alors une prise ou deux . Au bout de quelques temps, il ne vous en coûtera plus pour renoncer tout à fait à ce breuvage meurtrier . En même temps que l’on diminue l’usage du poison, on fera bien de s’astreindre à un régime lacté : ne prendre que du lait ( 2 à 4 litres/jour) avec du café, du sucre, de l’eau de fleur d’oranger pour empêcher le dégoût . On peut l’épaissir avec des farines ou le laisser cailler . Le lait, on le sait, est un excellent contre poison .

feeverte.jpg

 

absinthe

Bien distinguer l’Imbécile de l’Idiot

Commentaires » 0

 

 

 

 

 

 

 

 

crétins des alpes

Il ne s’agit point là de maladies, mais d’infirmités liées à un vice originel et congénital .L’Idiot est incapable de s’adonner à une activité morale ou intellectuelle, il serait même incapable d’assurer seul la préservation de son existence . Certains idiots n’ont d’ailleurs jamais su téter leur mère et ne parviennent pas à manger . Ils ont besoin d’une surveillance et d’une aide constantes . Leurs organes ne se sont pas développés, leur sensibilité est donc obtuse et parfois nulle .imbcile.jpg

L’idiot a cette physionomie particulièrement stupide, il est sale et repoussant . Sa face est plate et large, sa bouche est grande, ses lèvres sont épaisses et sa peau est tannée . En général il montre une denture noire et pleine de caries, ses yeux louchent et son regard est hébété . Son cou est volumineux . De taille ordinairement ramassée, il est difforme avec un ventre proéminent et lâche . Ses mains épaisses pendent sur ses hanches et en dessous, les jambes sont engorgées . Dans sa conformation, tout est vicieux . Les téguments sont de couleur bistre ou safran . L’urine, les matières fécales, la salive et les mucosités qui coulent sur le côté des lèvres répandent autour de ce malheureux une odeur pestilentielle que l’on ne parvient jamais à détruire .

 

L‘Imbécile parvient lui, à utiliser quelques uns de ses sens . Il a des idées, pas toujours bonnes, et quelques souvenirs . Il peut apprendre à lire un peu, à articuler des mots courts et faire des calculs simples . Mais l’imbécile, quand il a des rudiments de facultés, reste cependant violent et obstiné . De plus c’est un être faible capable de se laisser entraîner à toutes sortes de malversations . Il est comme une espèce d’instrument dont il est facile d’abuser .

Dans l’enfance, on l’appelle « retardé » . Lors de la puberté, il montre souvent un penchant exagéré pour l’amour sans respecter les convenances et son langage est volontiers vulgaire . Mais d’aspect extérieur, il n’est que peu différent des gens sensés .

 

L’idiotie et l’imbécillité sont parfois endémiques dans certaines contrées nombreusement peuplées de « Crétins des Alpes » ou de « Crétins goitreux » .Mais les imbécilles et les idiots ont cependant en commun cette malformation caractéristique du crâne qui fait que son périmètre est bien en dessous de la moyenne ordinaire .

 

La Morve ou le Farcin

Commentaires » 0

photo âne irlande Auparavant bien distincts, la morve et le farcin sont considécheval.jpgrés aujourd’hui comme à peu près semblables et se rassemblent en une seule maladie. Les solipèdes la transmettent à l’homme et lorsque ce dernier a contracté des matières morveuses ou farcineuses émises par quelques équidés, ses ganglions et vaisseaux lymphatiques enflent, ainsi que sa rate qui se dilate avec les veines superficielles de son corps . Ensuite survient une éruption de pustules purulentes accompagnée de symptômes généraux comme des frissons, des nausées, de la fièvre, des maux de tête et de vagues douleurs articulaires . Puis, sur les pustules, des abcès se forment, s’ouvrent et suppurent, pouvant donner des ulcères sur le corps entier et même dans les profondeurs des os . La fièvre s’aggrave ainsi que tous les signes généraux . Le sujet reste prostré et peut rendre l’âme souvent en trois septénaires . Ces symptômes caractérisent le Farcin .

Dans la Morve, le tableau est à peu près identique, mais se rajouttent des abcès et des ulcérations dans les fosses nasales, dans la bouche et le larynx . La membrane pituitaire devient phlegmoneuse et l’infection gagne ensuite les poumons . Toutes les muqueuses se boursoufflent et prennent une couleur vineuse avec des petites élevures blanchâtres devenant rouges, fongueuses et saillantes pour ensuite sembler se ramollir, se réduisant à une espèce de détritus grisâtre parsemé de points purulents nauséabonds .

Dans les causes, on sait que la morve et le farcin proviennent des chevaux et des ânes, surtout ceux de Prusse et de Russie d’ailleurs . La maladie se transmet à l’homme qui peut à son tour la transmettre à ses semblables ou à d’autres équidés . Elle est contagieuse tout le temps et le pronostic est grave . Actuellement aucun moyen thérapeutique n’a pu en venir à bout . Les médications la ralentissent . On utilise le Soufre, l’Iode pour favoriser la cicatrisation des abcès ulcéreux . On cautérise aussi beaucoup par le feu et on s’affaire à percer et à nettoyer méticuleusement tous les abcès . Mais le meilleur moyen de lutter contre ce fléau, c’est de prendre des mesures sanitaires qui tendent à faire diminuer le nombre de chevaux morveux, en fermant nos frontières à tous ceux provenant de l’étranger et d’isoler et d’abattre systématiquement les bêtes atteintes ou susceptibles de l’être .

Mais surtout, on ne le répétera jamais assez : « ne pas fréquenter les écuries mal nettoyées », désinfecter les lieux à la Créosotte et perdre cette habitude funeste d’y faire coucher les panseurs, palfreniers, cochers,etc… Evitez le plus possible la proximité de ces gens-là et aussi de leurs amis les charretiers, équarisseurs etc…qui risquent d’être en contact avec la matière du jetage nasal des équidés . On sait combien le pus contenu dans les abcès et les pustules farcineuses est virulent . D’ailleurs tous les soignants qui s’affairent à panser les malades s’exposent eux-aussi à attraper cette terrible maladie qui a déjà fait tant de victimes .

Pour soigner le Mal d’Aventure, les Escoriations, Estafilades ou autres Tournioles

Commentaires » 2

tourniole.jpg
Attention, une simple égratignure, petite blessure en apparence anodine, peut être le point de départ d’une inflammation, d’un érysipèle, d’une phlègmasie, surtout chez les personnes dont le sang n’est pas en bon état . Alors prenez bien garde de laver toute plaie au plus vite et tenez la à l’abri de l’air en la recouvrant d’un taffetas anglais ou mieux d’un peu de baudruche gommée . A défaut de ces moyens, un simple timbre poste collé dessus, quand l’escoriation n’est point trop large, fera toujours l’affaire .

Si une écharde, une épine ou une petite éclisse vous pénètrent le doigt, celui-ci peut alors s’en trouver en peu de temps enflammé d’une façon superficielle et sans gravité . Mais il n’est pas rare que l’inflammation s’attaque aux parties charnues plus profondes, à la main et au bras ! Alors s’ensuivent d’horribles douleurs pouvant amener des accidents graves qui vous laisseront estropié même après guérison .

Souvent, sur une simple tourniole, l’abcès se forme, s’enfle et se gonfle, quoique l’on fasse et le pus s’amasse dans les profondeurs . Il risque de remonter jusqu’aux os le long du bras . Si on ne lui permet pas de s’évacuer, la gan grène vous guette avec à coup sûr un empoisonnement du sang . Il faut inciser promptement et parfois placer un vésicatoire ou même un cautère . Ensuite utiliser les pommades et les onguents .

Les personnes ayant une mauvaise charnure, sujettes aux humeurs et à la sanie aux moindres foulures ou piqûres se panseront avec de l’acide phénique sans oublier d’avoir recours à nos excellentes pilules purgatives, car l’infection indique que leur sang est dans de mauvaises conditions que l’on ne peut changer que par un traitement purgatif .

A propos du ver solitaire

Commentaires » 0

porc Tous les chiens de bouchers, c’est bien connu, ont les intestins remplis de vers solitaires . Et de temps en temps, ils en rendent des bouts plus ou moins longs . Ces bouts de ver contiennent des oeufs très petits que le vent frivolant a tôt fait de répandre sur l’herbe .Alors les boeufs et les moutons en mangeant l’herbe, introduisent ces oeufs dans leurs intestins où ils vont éclôre . Les petites bêtes fraîchement écloses sont très instables, elles ne tiennent pas en place et quittent l’endroit comme des perces-muraille en passant à travers la paroi des intestins. Puis partent en avant, rien ne les arrête jusqu’aux reins, au cerveau, aux poumons . Ils s’y fabriquent alors une habitation de la grosseur et de la forme d’une semence de potiron que les savants nomment cysticerque .vers.jpg

Lorsqu’un boucher consciencieux tombe sur un foie de mouton farci de ces vésicules, il le jette aux chiens qui hâtivement le dévorent et introduisent les petites bêtes dans leurs intestins . Ells s’y développent et forment de nouveaux beaux grands vers solitaires et ainsi de suite.

Tout irait bien si les choses en restaient là entre chiens moutons et boeufs .Mais voyez ce qui arrive souvent :

Les petits envahisseurs colonnisent aussi souvent le cerveau, le foie, les reins, or la cervelle, le foie et les rognons sont des mets recherchés, tendres et faciles à manger, si tendre qu’il n’est point besoin de les cuire à point . Ainsi des cysticerques échappent à l’action de la chaleur et libèrent leurs petits habitants dans le corps humain .Et que dire des côtelettes et des beafsteaks que l’on aime saignants et qui eux aussi contiennent ces germes . Tous les amateurs de viande crue et même de jambon ou de poisson séchés s’exposent aussi à contracter le ver solitaire .

La ladrerie, maladie du porc, interesse l’homme qui en mangeant la chair de cet animal contaminé devient ladre à son tour en contractant le ver solitaire, le kyste hydatique, les cysticerques .

Cuisez votre viande!

N’écoutez donc pas les conseils trop avisés de ces médecins mal intentionnés qui ,cherchant clientèle, provoquent la maladie des gens en leur ordonnant de manger la viande crue pour se fortifier l’organisme .

1...456789